ON EN PARLE

Matéi Visniec est le maître de l'écriture laconique du petit format concentré. Il y a chez ce roumain une parenté avec Kafka, Mrozek, Borgès, et ce qui m'attire chez cet ancien otage d'une censure d'Etat refusant une vingtaine de ses textes, c'est qu'il y ait répondu en usant d'une autre langue, la nôtre. A Ionesco, Cioran, s'ajoute désormais Matéi Visniec.
Gabriel Garan

Il déteste l'inachevé et cultive le texte accompli, soigné, poli comme une pierre aux aspérités effacées afin que l'énigme surgisse et que le trouble s'installe.
George Banu

Sous son apparente comédie le théâtre de Visniec traite de l'identité. Visniec vécut dans un monde où l'oppression et la délation mènent à la négation de l'individu. Dans notre univers de communication et de libéralisme cette problématique de l'identité se pose tout autant, et c'est dans cette errance moderne que son théâtre nous parle.
Pascal Papini

Quand on lit Matéi Visniec, on entre dans un autre monde. On oublie la loi, les lois, la loi de la pesanteur et rien ne s'oppose plus à ce revienne par le ciel ce qui vient de tomber dans l'abîme. Partout il est question de la terre, c'est un auteur dramatique qui travaille l'argile. Son art est de modeler le monde qui nous revient méconnaissable et pourtant plus vrai que nature. Ainsi, les personnages sont nos frères et nos frères deviennent des personnages.
Benoît Vitse

Car c’est bien là l’un des mérites importants de l’art de Matéi Visniec : son écriture traduit à coup sûr une parfaite maîtrise du théâtre, qui plus est du théâtre moderne, utilisant les acquis du passé pour mieux en démonter les procédés, faisant intervenir des personnages en quête d’eux-mêmes, ne se berçant pas d’illusions et ne se privant pas de faire « réfléchir » le langage scénique sur lui-même, et ainsi de faire réfléchir le spectateur sur ce qu’il voit et entend. Mais surtout, c’est de la littérature, celle qui met l’homme devant lui-même, devant ses mensonges et ses vérités : de la littérature de tous les temps.
Jean Pierre Longre

 

ACTUALITES

Migraaaants, ou On est trop nombreux sur ce putain de bateau

Du 7 au 30 juillet, relâche le lundi, à 17h15

Théâtre du Chêne noir - 8 Rue Sainte-Catherine, 84000 Avignon

Mise en scène : Gérard Gelas, Création Chêne Noir

Éditions L’œil du Prince

Ils viennent du Pakistan, d’Afghanistan, de Somalie, d’Érythrée, de Syrie, d’Irak, de Lybie, du Mali, d’Algérie, du Maroc, d’Haïti et de beaucoup d’autres endroits où la vie n’est plus compatible avec l’idée d’avenir. Ils sont des millions. Combien de millions ? On ne sait pas. On les appelle « migrants » et ils ont une seule chose en tête : la volonté d’arriver en Europe. En l’espace de seulement cinq mois l’Europe a paniqué. C’est une tragédie de l’humanité qui se déroule devant nos yeux, digne du théâtre antique grec où l’homme se confrontait à la force implacable du destin. Cette pièce a comme but au moins une chose : casser l’indifférence.


Du pain, plein les poches

Du 7 au 30 juillet, relâche le lundi, à 20h

Théâtre Arto - 3 Rue Râteau, 84000 Avignon

Mise en scène : Floriane Durin, Compagnie : Bernard Lloret

Éditions Actes Sud - Papiers

Du pain plein les poches met en scène deux hommes dont l’esquisse nominale se réduit à un accessoire : « chapeau » et « canne » et un chien invisible puisqu’il est tombé au fond d’un puits. Le dialogue autour du puits, tour à tour amical, vindicatif, absurde…. tourne à la fable politique, sociale et humaine. « Faut-il secourir la bête et si oui, comment et avec qui, sinon pourquoi et qu’en résultera-t-il ? » La richesse symbolique de la pièce, multiplie les possibilités de lecture, de l’histoire ancienne à l’actualité et sa portée est celle d’une véritable tragi-comédie dont la trame s’adapte à toutes situations.


Le Roi, le Rat et le Fou du Roi

Du 7 au 30 juillet, relâche le lundi, à 16h45

Espace St-Martial - 2 Rue Jean Henri Fabre, 84000 Avignon

Mise en scène : Claude Thébault, L’Étincelle compagnie théâtrale

Éditions Lansman

Quelque part dans un de ces coins du monde où la démocratie a quelques difficultés à trouver son chemin dans les arcanes du pouvoir, un Roi et son bouffon vont bientôt passer à la trappe sous les “vivats” de la foule. Au premier rang de ce carnaval morbide, les anciens courtisans et leurs ouailles. Comment vont-ils affronter la camarde ? Pourquoi donc le destin du fou est-il lié “à la vie, à la mort” à celui du Roi ? Et par quelles accointances le Roi ne peut-il se passer de son impertinent de fou ? Peut-être les rats apporteront-ils un point de vue nouveau dans cette fable mettant en jeu l’éternelle ambivalence de la folie et de la raison. A condition, bien sûr, qu’ils acceptent de prendre la parole.


Le silence du miroir (ou l'histoire de l'homme poubelle)

Du 7 au 30 juillet, relâche le lundi, à 11h

Théâtre des vents (63 Rue Guillaume Puy, 84000 Avignon

Mise en scène et jeu : Bruno Abadie Compagnie du Petit Matin

Éditions L’Harmattan

Un univers poétique, fantastique, teinté d'absurde et d'humour très noir qui dénonce les ravages des dictatures, les lavages de cerveaux et la manipulation des masses, le repli sur soi et la peur de l'autre. « Tous les soirs, un homme rentre chez lui et sort de ses poches un tas de détritus. Que lui arrive-t-il ? Et pourquoi ? »


Mr. Jean ou l'homme poubelle

Les 7, 9, 13, 15, 19, 21, 23, 27 et 29 juillet 2017 à 18

Théâtre du Passage - 1, chemin de l'île Piot, 84000 Avignon

Mise en scène et jeu : Hassan Tess Compagnie Mr Jean & Mme Jeanne

Éditions L’Harmattan

"VOUS ÊTES STRESSÉ ? ANGOISSÉ ? DÉÇU ? ALIÉNÉ ? VOUS ÊTES TOURMENTÉ PAR DES DOUTES EXISTENTIELS ? VOUS AVEZ PEUR... ? LE LAVAGE DE CERVEAU EST FAIT POUR VOUS !" MONSIEUR JEAN : personnage étriqué, enfermé dans son costume et dans l'espace de jeu, cherche désespérément une issue. Un spectacle qui propose un univers absurde et grotesque reflétant l'âme humaine.Une succession d'histoires courtes issues de l’œuvre de Matéi VISNIEC " Théâtre décomposé ou l'homme poubelle "


Comment j'ai dressé un escargot sur tes seins - LECTURE

Lundi 10 juillet à 14h

Théâtre de L'Atelier florentin - 28, rue Guillaume Puy , 84000 Avignon

avec Salvatore Caltabiano, dirigé par Serge Barbuscia

Éditions Actes Sud- Papiers

« Ce qui est singulier dans l’écriture de Visniec est son goût prononcé de donner la vie aux choses, aux concepts ou à des abstractions… Tout est là pour nous emmener dans un monde décalé et loufoque. A la façon d’une Alice aux Pays des Merveilles, il nous présente la vie du cœur d’un homme qui décide un jour de partir retrouver le cœur d’une femme. Ou encore cette femme qui décide un jour de venir vivre dans le corps de l’homme qu’elle aime, se fondre dans son sang et vivre ainsi à l’abri. Et pourquoi ne pas donner naissance à un enfant. Mais viendra l’heure du divorce où il faudra faire les comptes et se répartir les membres. L’homme conservera-t-il son cœur ou sera-t-il légué sur l’autel d’une juste répartition ? » (Laurent Schteiner – Theatres.com)


Le Cabaret Dada - LECTURE

Mardi 11 juillet à 20h

Espace Alya - 31bis, rue Guillaume Puy, 84000 Avignon

avec Florient Azoulay et Matéi Visniec

Éditions Non Lieu

"Le Cabaret Dada" est une pièce hommage au fondateur du Dadaïsme, Tristan Tzara. Écrit pour le centenaire du mouvement Dada, ce texte absurde et irrévérencieux refait vivre les soirées déjantées du Cabaret Voltaire à Zürich en 1916 autour de personnages plus vrai, et donc plus fous, que nature : Tzara lui-même, Marcel Janco, Hugo Ball, Jean Arp... Lénine. En contrepoint, et pour justifier l'entreprise de sapeur du vieux monde des poètes, d'autres personnages apparaissent, sinistres et grotesques : Staline, des généraux, des patriotes... Car hors du Cabaret, c'est la guerre, c'est l'horreur, la monté des totalitarisme et l'abdication de la pensée. Tant de maux que dénonçait Dada, autant de mots porteurs de violence que dénonce aujourd'hui Matéi Visniec. (Non Lieu)



MENTIONS LEGALES

* création graphique : © Andra Badulesco 2010